La chasse aux chantoirs

1. Objectif

Un « chantoir » – ou « aiguigeois » – est un endroit où un ruisseau se perd brusquement dans le sol.
Le nom de « chantoir » vient du fait que l’eau chante en disparaissant sous terre.
Après avoir parcouru une certaine distance dans le sous-sol, le ruisseau réapparaît à l’air libre.
Le point où il revoit le jour s’appelle « résurgence ».

Les chantoirs sont des phénomènes propres aux régions karstiques, c’est-à-dire dont le sous-sol
se compose de roches calcaires, comme le Condroz et certaines parties de la Famenne.
L’érosion et la dissolution du calcaire entraînent la formation de galeries souterraines
dans lesquelles des cours d’eau peuvent s’engouffrer.

Le jeu proposé donne l’occasion de partir à la découverte de ces petites curiosités naturelles
dans la région de Ciney.

Il se déroulera idéalement sous la forme d’un hike, à pied ou à vélo.

2. Lieu

Les différents chantoirs et résurgences dont la découverte est proposée se situent à une distance
maximale de 12 km de Ciney. Ils sont regroupés dans deux zones :
la zone Achêne–Conneux–Celles (au S-O de Ciney) et
la zone Sinsin–Nettinne (au S-E).

Rien n’empêche de limiter l’aire géographique du jeu à une seule des 2 zones précitées.
Il est conseillé de choisir la zone Achêne–Conneux–Celles car la densité des chantoirs et résurgences
y est plus grande.
On y trouve entre autres les chantoirs de Jauvelan, de Liroux, de Conjoux et de Petite-Trussogne
et les résurgences de Celles.

3. Thème

Un savant mégalomane a construit une machine infernale capable de capturer les cours d’eau.
Il envisage de faire chanter les gouvernements du monde : si ceux-ci n’acceptent pas de lui verser
une certaine somme d’argent, il fera disparaître fleuves et rivières, se promettant de transformer la Terre
en planète sèche et poussiéreuse comme la Lune.

Pour l’heure, il teste secrètement sa machine depuis sa base souterraine, s’exerçant à capturer les ruisseaux
du Condroz et à les faire réapparaître ci et là.

Mais où se terre ce savant fou ?

Les agents secrets de la C.I.A et autres services de renseignement ont été chargés par leurs gouvernements
respectifs de découvrir et de neutraliser cet inventeur diabolique et sa machine.

4. Règles

Le but du jeu est de retrouver la base souterraine du savant.

Chaque patrouille est le service de renseignement d’un pays différent.
Chaque service de renseignement veut être le premier à découvrir l’antre du savant.

C’est bien connu, les grands savants sont distraits. A chaque endroit où il a fait disparaître ou réapparaître un cours d’eau,
le savant qui nous occupe a perdu des morceaux d’une carte. Or cette carte permet de localiser sa base secrète.
Pour trouver le repaire du savant, il faut donc retrouver tous les morceaux et reconstituer la carte comme un puzzle.

Comme indiqué, les morceaux de carte ont été abandonnés aux endroits où des ruisseaux ont été capturés ou sont restitués :
les chantoirs et résurgences. Il faut donc trouver ces lieux. Mais comment ?
Grâce à des messages codés (interceptés par les services de renseignements).

Concrètement, ces messages codés sont symbolisés par des énigmes.
Une liste d’énigmes est proposée en annexe. Il y en a une pour chaque chantoir ou résurgence.
Chaque énigme contient divers éléments (noms de lieux, de cours d’eau…) permettant aux patrouilles,
moyennant un peu de débrouillardise, de trouver le chantoir ou la résurgence concerné.
(La possession de cartes IGN peut faciliter les choses.)

Il y a deux options concernant la manière de communiquer les énigmes :

1)         soit on les donne toutes, dès le début du jeu, aux patrouilles.
Les patrouilles devront se débrouiller pour essayer de localiser les différents lieux sur une carte
et se choisir un itinéraire pour visiter chacun d’eux ;

2)         soit on donne une seule énigme pour commencer.
La patrouille devra se rendre au chantoir concerné et trouvera à ce chantoir une autre énigme
permettant d’aller au chantoir suivant, et ainsi de suite.

Attention ! En chemin, les patrouilles peuvent être confrontées à la milice du savant.
En effet, celui-ci a chargé ses hommes de main de récupérer les morceaux de plans perdus malencontreusement.
Dans la pratique, le rôle de la milice est joué par les animateurs.

Lorsque la milice rencontre une patrouille, un combat s’engage.
Les règles du combat sont les suivantes (mais d’autres règles peuvent être imaginées) :

-                      le combat s’engage quand la milice a touché au moins 1 membre de la patrouille ;

-                      la patrouille doit réussir une épreuve (proposée par la milice).
Si elle ne réussit pas, chaque membre de la patrouille doit donner ses chaussures à la milice et recevra,
en échange, de vieilles slaches ou savates (de celles qui ne tiennent pas bien au pied !).
Les membres de la patrouille pourront récupérer leurs chaussures au village voisin ou à un autre endroit indiqué par la milice.

En résumé, les patrouilles doivent :

1°)        trouver les chantoirs ou résurgence grâce à des énigmes ;

2°)       auprès du chantoir ou de la résurgence, prendre (ou recopier) le morceau de plan qui s’y trouve ;

3°)       trouver le repaire du savant en reconstituant le plan complet ;

4°)       s’y rendre ;

5°)       éviter de rencontrer la milice ou, le cas échéant, réussir les épreuves proposées par celle-ci sous peine
de devoir faire un bout de chemin en slaches ou en savates.

5.      Préparation et organisation

Les membres du staff doivent :

-                      déposer un morceau de plan à chaque chantoir ou résurgence (ainsi que l’énigme permettant de trouver
le chantoir suivant en cas de choix de l’option 2 visée plus haut) ;

-                      se procurer quelques paires de vieilles slaches ou savates ;

-                      circuler pour rencontrer éventuellement des patrouilles et engager un combat ;

-                      être présents au lieu de rendez-vous final (le repaire du savant).

 

Les énigmes

Remarque : les explications données sous chaque énigme ne doivent pas être communiquées aux patrouilles.

Chantoir de Jauvelan

En marchant ou en pédalant

Rends toi à la ferme de Jauvelan.

Dans un aiguigeois, un ruisseau se perd

Et résurge plus loin, dans la Cité des Copères.

On accède à la ferme de Jauvelan par une petite route située à gauche de la chaussée Ciney-Dinant,
entre l’échangeur d’Achêne et le village de Sorinnes. Le chantoir se trouve dans une pâture en contrebas
du corps de logis de la ferme.

Carte IGN Achêne – Leignon
 

Chantoir de Liroux
 

A Liroux, pour trouver l’aiguigeois,

Pas besoin de sonner chez les villageois,

Surtout à l’heure du digestif,

Alors qu’une rue porte un nom suggestif !

Facile à trouver ! Le chantoir se trouve dans le pré à droite de la ferme située rue de l’Aiguigeois.

Carte IGN Achêne – Leignon

 

Chantoir de Petite Trussogne

A Petite Trussogne, un ruisseau

Qui naît près de la ferme Patteeuw-Rousseau

Termine sa course dans un chantoir.

Dans un pré, tu le verras, ce déversoir.

Pas loin de la grotte Méria.

Mais, des taureaux du pré, crains la furia !

Pour aller à ce chantoir :

-     prendre la route de Custinne jusqu’au carrefour de la « Baraque de Conjoux ».
A ce carrefour, suivre la direction de Celles ;

-     la route traverse une forêt. 1 km après la traversée du bois, à l’endroit où la route bifurque brusquement vers la gauche,
il y a une petite route à droite. On aperçoit à droite une ferme en briques rouges (de construction relativement récente).
Prendre cette petite route ;

-    50 mètres après la ferme, prendre le chemin de terre à gauche et descendre jusqu’au bois ;

-    à l’orée du bois, suivre la branche de droite du chemin. Le chemin longe d’abord le bois puis s’y enfonce.
A la sortie du bois, il longe une prairie. Le chantoir se trouve dans ce pré.

On peut aussi parvenir à ce chantoir en suivant la promenade balisée pour le Trou Méria à partir du village de Celles.

Carte IGN Achêne – Leignon


 

 

Chantoirs de Conjoux

Pas b’soin d’aller sur Jupiter

Pour admirer de beaux cratères.

En aval de Conjoux, dans les fonds d’Eumsimont,

Trois chantoirs tu verras, captant les eaux d’amont,

L’un, le plus actif, au pied du haut talus*,

Les deux autres non loin dans le palus.

* de la E411

A Conjoux, prendre la rue qui remonte vers la route Achêne-Celles. Juste après le pont permettant de passer sous
l’autoroute E411, il y a un chemin à gauche. Prendre ce chemin qui descend vers un bois en longeant le talus de l’autoroute.
Une pancarte avertit qu’on arrive dans un marécage. En bas du chemin, au pied du talus de l’autoroute,
le ruisseau de Conjoux (canalisé pour la traversée du talus) se déverse dans un chantoir.
En suivant le lit asséché du ruisseau, on aboutit quelques dizaines de mètres plus loin, dans le prétendu marécage,
à deux autres grands chantoirs (inactifs en période sèche).

Carte IGN Achêne – Leignon

 

Résurgences de Celles

Qué bia village !

Son église romane, son ermitage…

Et ses deux résurgences :

La Grande Fontaine et la Fontaine St-Hadelin.

A toi de les trouver, ces points d’émergences

Dans ce joli patelin.

Pour aller à la Fontaine Saint-Hadelin :

-          se rendre rue de la Mirande (dans la partie basse du village située à gauche de la route Dinant-Neufchâteau) ;

-          prendre le chemin de terre qui débute à gauche d’une grosse maison en pierre (présence d’un fléchage pour le « Trou Méria ») ;

-          ± 50 m après le début du chemin, entrer dans la prairie à gauche refermée par une barrière en fer.
La Fontaine Saint-Hadelin, résurgence de ruisseaux qui se perdent en amont entre Leignon et Celles, se trouve au fond de la prairie.
Il s’agit d’un ouvrage voûté duquel sort un ruisseau.

 

Pour accéder à la Grande Fontaine :

-          se rendre place du village et prendre la rue St-Hadelin (c’est la rue qui monte à gauche du restaurant « L’Ardenna ») ;

-          dans la montée, juste après un bac à fleurs en maçonnerie de pierres, prendre le chemin à gauche qui se faufile entre deux murs.
Ce chemin débute par une partie pavée (en escalier) et se poursuit par un sentier de gravier ;

-          après une centaine de mètres, le chemin rejoint le ruisseau Saint-Hadelin.
On peut voir, à droite, un bassin en pierre ainsi qu’un mur sous lequel surgit un petit affluent : c’est la Grande Fontaine.

Carte IGN Achêne – Leignon

 

Chantoir du Trou des Chiens

A Sinsin, au lieu-dit Trou des Chiens

Il n’y pas de toutou qui aboie.

Mais si tu écoutes bien…

Un chantoir susurre dans le sous-bois.

Dans ce lieu plein de mystère

Le ruisseau de l’Abîme rentre sous terre.

Petit chantoir forestier absorbant le ruisseau de l’Abîme.

Pour le trouver :

-          pendre la rue des Spiroux, en face de la Régie des Routes de Sinsin, puis le chemin de terre immédiatement à droite ;

-          passer dans le tunnel sous la N4 et continuer jusqu’au bois ;

-          entrer dans le bois et continuer tout droit. Le chemin aboutit à une prairie ;

-          descendre la prairie sur la gauche pour accéder au lit du ruisseau ;

-          remonter ce lit (normalement à sec en aval du chantoir) sur ± 75 m pour atteindre le chantoir.

A noter que le chantoir peut ne pas être visible en période de crue, lorsque sa capacité d’absorber totalement le ruisseau est dépassée.

Carte IGN Marche-en-Famenne – Aye

 

Chantoir de Sinsin

A Sinsin, une fissure dans les psammites,

Entre Régie des Routes et Aciers Grosjean,

Et hop ! le ruisseau des Fagnes en profite,

Pour disparaître au nez des gens.

Quand on vient d’Haversin par la N929, 100 mètres avant la N4 (à hauteur des bâtiments de la Régie des Routes),
prendre une route à droite qui descend le long de la nationale. On peut observer sur la droite un large vallon.
Le ruisseau des Fagnes, qui s’écoule au creux de cette dépression, termine sa course, peu avant la route,
dans une espèce de cuvette tapissée d’orties en été. Il s’agit bel et bien d’un chantoir.

Carte IGN Marche-en-Famenne – Aye

 

Résurgence de Nettinne

A Nettinne, prends la rue Bois Midi

Et pédale 1 km vers ce lieu-dit.

Dépose ta bécane quand tu franchiras un ruisseau.

Prends le sentier, à droite, après le ponceau.

Il te mènera à une roche d’où sourd un ruisselet.

Vas-y carrément y tremper tes mollets !

En arrivant à Nettinne par la N929 (Houyet-Barvaux-s/0) :

-          prendre la première rue à gauche (rue Bois Midi) ;

-          parcourir ± 1 km sur cette petite route jusqu’à l’endroit où elle franchit un ruisseau ;

-          après le pont, prendre un sentier à droite qui se faufile dans un sous-bois planté de jeunes arbres ;

-          suivre ce chemin sur une distance d’environ 150 m : on arrive à un petit affluent de la rivière.
On peut observer, à gauche, un rocher d’où jaillit ce cours d’eau.

Carte IGN Maffe – Grandhan